Quoi de neuf sur l’autisme ?
Dossier de la Société des neurosciences 

En 2011, dans sa Lettre N°41, la Société des neurosciences faisait le point sur l’autisme en regard de résultats récents et d’éclairages nouveaux. Ce dossier coordonné par Yves Tillet et le Comité de rédaction de la Lettre des Neurosciences reste d’actualité.

Après une introduction rappelant le parcours compliqué de cette pathologie depuis 1943, se félicitant que « L’autisme de l’enfant [ait] désormais réintégré la médecine qu’il n’aurait jamais dû quitter », le dossier consultable ci-dessous aborde différents sujets, traités par des spécialistes de renom international :

PHYSIOPATHOLOGIE DE L’AUTISME : DU SYNDROME COMPORTEMENTAL À LA SYNAPSE

« D’abord décrit comme une forme précoce de psychose schizophrénique, l’autisme est maintenant inscrit au chapitre des troubles globaux du neurodéveloppement affectant, dès le début de la vie, la communication sociale et l’adaptation à l’environnement humain. « 

VULNÉRABILITÉ GÉNÉTIQUE AUX TROUBLES DU SPECTRE AUTISTIQUE

« De nombreux syndromes génétiques (plus d’une centaine) sont fréquemment identifiés chez des patients ayant un TSA et à l’inverse, les patients ayant ces syndromes ont fréquemment des symptômes autistiques »

DES DIURÉTIQUES POUR TRAITER L’AUTISME: L’HISTOIRE RICHE D’ENSEIGNEMENT D’UNE DÉCOUVERTE

« L’idée de tester des diurétiques pour soigner l’autisme résulte d’une rencontre entre un chercheur (YBA) et un clinicien spécialisé dans le traitement des enfants autistes (EL). »

FONCTIONNEMENT MNÉSIQUE DANS L’AUTISME : UN PARADOXE

« Le fonctionnement cognitif dans l’autisme est extrêmement hétérogène, caractérisé à la fois par un retard dans certains domaines, un fonctionnement normal dans d’autres, voire même un surfonctionnement dans des domaines très spécifiques tels que le calcul, la musique ou le graphisme. »

MÉCANISMES MIROIR ET AUTISME : L’ŒUF, LA POULE, OU LES EFFETS COLLATÉRAUX ?

« Ces mécanismes miroirs sont importants dans l’apprentissage par imitation, dans la compréhension de l’action d’autrui, ainsi que dans l’empathie, définie comme la capacité à percevoir et reconnaître les émotions d’autrui. »

IMPLICATION DE L’OCYTOCINE, HORMONE DE L’ATTACHEMENT, DANS L’AUTISME

« Récemment, des études sur l’Homme ont montré que l’ocytocine augmente la confiance en autrui lors d’un jeu interactif, augmente le temps de fixation visuel sur la région des yeux du visage d’autrui et augmente l’empathie et la générosité »

AUTISME : THÉRAPEUTIQUES INNOVANTES

« Il n’existe pas à l’heure actuelle de thérapeutiques curatives de l’autisme. Cependant, une prise en charge adaptée aux types de troubles présentés par l’enfant et débutée précocement pourra lui permettre de développer au mieux ses capacités de communication et de socialisation. »